Historique

Taille du texte
Couple

Yves et Noëlla Houle
Fondateurs

SERVIR:  une histoire de famille 

Un peu d'histoire...

Les rites funéraires ont grandement changé au Québec : au début du siècle, il n'était pas question d'embaumer les défunts... Aujourd'hui, la profession de thanatologue exige une compétence hautement technique, légale et professionnelle. Le centre funéraire Yves Houle a particulièrement vécu ce long cheminement et nous voulons vous le partager quelque peu...

L'évolution des rites funéraires, c'est un peu l'histoire qu'ont vécu M. Joseph Houle et son fils Yves Houle.  Joseph, fromager et magasinier général au village de St-Antoine de Pontbriand, comté de Mégantic, vendait les cercueils ou les accessoires pour les fabriquer et répondait aux besoins des familles du village. Il faisait la toilette du défunt et exposait la dépouille sur les planches dans un coin de la maison privée. Après une veillée de trois jours et trois nuits à la maison, où la famille accueillait et nourrissait tout le village, le thanatologue de l'époque plaçait le défunt dans un cercueil et se rendait à l'église pour la liturgie et l'inhumation.

En 1938, Yves, alors âgé de 22 ans, s'aventure à Montréal pour apprendre les techniques de l'embaumement. À l'époque, il n'existait pas de cours professionnels. Il suivit alors un embaumeur itinérant, M. Eugène Théoret, qui répondait aux demandes des directeurs de funérailles montréalais.

Fort d'une expérience de plusieurs mois, Yves revient à St-Antoine de Pontbriand, village situé près de Thetford Mines, pour offrir ses services aux directeurs de funérailles de la région beauceronne.

Manifestement intéressé par ce travail, il se met à la recherche d'une entreprise funéraire. Des amis lui parlent de Ville St-Joseph, près de Drummondville où il pourrait faire l'acquisition d'une telle entreprise.

Mai 1946, les deux frères Houle, Yves et Jean-Paul Houle font l'acquisition du salon funéraire de M. Ernest Senay, salon établi à Ville St-Joseph depuis 1936. À cette époque, les défunts étaient encore généralement exposés à la maison privée et le travail particulièrement varié pour les frères Houle : taxi, baptême, mariage, funérailles et service ambulancier.

Juin 1948 - Ouverture du premier salon funéraire de la compagnie Houle et Frère Inc. au 245 rue Saint-Marcel à Drummondville.

Mai 1951 - Ouverture du deuxième salon dans le quartier St-Simon à Drummondville-Sud.

L'entreprise funéraire prend forme au Québec et pour répondre à des besoins d'ordre légal et professionnel, des directeurs de funérailles proposent la formation d'une association qui deviendra la Corporation des directeurs de funérailles et embaumeurs du Québec. Toujours dans le même esprit, en 1958, la Corporation crée le Collège des Embaumeurs de la Province de Québec.

En 1959, les premiers cours sont offerts à l'Université de Montréal; Yves Houle s'y inscrit et fera ainsi partie du groupe des premiers thanatologues diplômés du Québec.

Fort d'une expérience de plus de vingt ans, M. Yves Houle répond aux besoins des directeurs de funérailles de la région de Drummondville. Il réalise les embaumements pour les maisons A. Benoit de Ste-Clothilde de Horton, de M. Armand Brisson de Notre-Dame-du-Bon-Conseil et de M. Irénée Doyon de South Durham.

Et l'expansion continue...

1962 - Acquisition d'une maison à St-Germain de Grantham, convertie en salon funéraire.

1967 - Construction d'un nouveau centre funéraire à Notre-Dame-du-Bon-Conseil.

1970-72 - Gaston, fils de M. Yves Houle, complète sa formation à l'Institut de thanatologie (embaumement) de la Province de Québec.

1976 - Vente de la maison de St-Germain et du service ambulancier et acquisition de deux centres funéraires situés à St-Charles-de-Drummond et à St-Cyrille-de-Wendover.

1980 - Le ministère de l'Éducation prend en main la formation des thanatologues : il s'agira, dès lors, d'un cours professionnel de trois années.

Ainsi, l'Institut de Thanatologie du Québec fait place au nouveau programme de Techniques de Thanatologie offert exclusivement au Collège de Rosemont à Montréal.

Gaston Houle est choisi comme coordonnateur du département des techniques de thanatologie du Collège de Rosemont et professeur du département pour l'année académique 1980-81. Ce dernier y complètera un mandat de cinq ans.

1981 - Ouverture d'un nouveau centre funéraire au centre-ville de Drummondville où se retrouvent tous les services en un même endroit : funérarium, crématorium, columbarium et chapelle.

1985 - Acquisition des salons funéraires Lauzière & Fils couvrant la région de St-Léonard d'Aston, St-Wenceslas, St-Célestin, Aston Jonction et Ste-Eulalie.

1986 - Acquisition du salon funéraire Fernand Lefebvre de la région de Sorel.

1991-92 - Acquisition des salons funéraires J.H. Fleury / Mario Lemaire couvrant la grande région de Richmond, St-Félix-de-Kingsey, L'Avenir, South Durham et Valcourt.

1998 - Acquisition des salons funéraires L.O. Ponton, couvrant la région de St-Guillaume, St-Bonaventure, St-Edmond, St-Eugène, St-David, St-Pie de Guire, St-Hugues et St-Marcel.

2000 - Arrivée de la troisième génération de la famille, Mathieu Houle, fils de Gaston. Mathieu termine sa formation en techniques de thanatologie du Collège de Rosemont, et vient assurer une troisième génération à l'entreprise familiale.

2000 - Ouverture d'un grand cimetière-jardin, Le Patrimoine, offrant les services d'un crématorium, un columbarium, une chapelle et un mausolée. Ce complexe peut offrir toutes les alternatives : inhumation, crémation, mise en crypte pour le cercueil, mise en niche pour les urnes cinéraires. Ce lieu de recueillement en perpétuel changement, devient au fil des ans, un magnifique jardin pour les défunts des familles de la grande région de Drummondville.

2008 - La Fondation Yves Houle fait l'acquisition du presbytère et de l'église Saint-Joseph de Drummondville. Le centre funéraire Yves Houle y intégrera un columbarium et un centre funéraire tout en permettant aux familles de la paroisse de garder leur église bien présente et bien vivante. Le columbarium de l'église Saint-Joseph portera le nom 'Columbarium Saint-Frère André'.

2009 - Une année particulière pour la famille: Marie-Soleil, la soeur de Mathieu, se joint à l'équipe Yves Houle. Dotée d'une formation et d'une expérience de travail en infographie et multimédia,  elle ajoute un complément fort en demande de la part de nos familles.

2009 s'avère aussi une année d'expansion: la famille Houle fait l'acquisition de la coopérative funéraire d'Autray de la région de Lanaudière. Cinq succursales s'ajoutent:  Saint-Ignace de Loyola, Berthier, Saint-Cuthbert, Saint-Barthélémy et Saint-Gabriel de Brandon.

2011- Le Centre funéraire Yves Houle a déjà soixante-cinq (65) ans..... avec l'arrivée de M. Yves Houle. Mais il faut se rappeler que l'entreprise existe depus 1936, ayant été établi par M. Ernest Senay. Alors,  nous avons véritablement soixante quinze (75) ans....

2012 - Déménagement du bureau administratif au centre-ville de Drummondville, au 130 rue Lindsay. Dans la même foulée, le 130 rue Lindsay sera dorénavant entièrement occupé par le centre funéraire: une salle de réception pour 200 personnes, au sous-sol, les salons pour accueillir les familles au rez de chaussée avec chapelle, crématorium, columbarium et le deuxième étage qui regroupe les salles de rencontres pour les familles, les salles de présentation pour les cercueils, les urnes et les bureaux de l'administration et de l'infographie. Pour faciliter le déplacement aux différents niveaux du bâtiment, un ascenseur est également aménagé. Un bâtiment bien aménagé aux besoins des familles et du rituel funéraire d'aujourd'hui.

Dans le même esprit, toujours dans l'objectif premier de bien servir les familles, le Centre funéraire Yves Houle  réaménage un tout nouveau centre funéraire à Saint-Cyrille de Wendover avec chapelle et salle de réception. Ce nouveau centre, opérationnel depuis Mai 2013, occupe le terrain de l'école détruite par le feu. Et afin de garder bien vivant le souvenir de cette institution scolaire, le columbarium du centre funéraire porte le nom de l'école.:  'Columbarium Notre-Dame-de-L'Assomption'. 

L'année 2012 ne peut pas se terminer sans l'ajout d'un nouveau membre au sein de la famille Yves Houle. La résidence funéraire Descôteaux & Frère qui possède des salons à Pierreville et Saint-François-du-Lac se joint à notre grande famille.

2014 marquera également l'histoire du centre funéraire Yves Houle puisque M. Michel Léveillé, ayant trois centres funéraires, un crématorium, deux columbariums, une chapelle et un cimetière à Saint-Gabriel de Brandon et à St-Alexis des Monts, se joint à la grande famille Yves Houle.

2016 est une année importante aussi puisqu'elle souligne le centième anniversaire de naissance du fondateur, M. Yves Houle, et le soixante-dixième année de fondation du centre funéraire Yves Houle. Pour souligner ces deux événements importants, un magnifique film est réalisé par Monsieur Bertrand Galipeau, réalisateur et caméraman, avec sa complice Madame Marie-Soleil Houle, infographiste et petite-fille du fondateur.  Ce documentaire a été présenté à toute l'équipe du centre funéraire et aux membres de la famille Yves Houle dans le cadre des festivités du soixante-dixième anniversaire du centre funéraire. Ce dit documentaire sera bientôt diffusé dans certains réseaux de télévision. 

2017 amène également ses projets: construction d'un tout nouveau centre funéraire à Pierreville, centre offrant les services d'un salon funéraire, d'une chapelle, d'un columbarium et d'une salle de réception. Ce nouveau centre, installé au coeur de la minicipalité, prendra la reléve des salons existant à Pierreville et Saint-François du Lac et sera opérationnel à compter de Mai 2017.

Et que nous réserve l'avenir??? Avec plus de soixante-dix ans d'histoire et malgré tous les changements au cours de ces décennies, l'entreprise a toujours maintenu son caractère familial et tient à son objectif premier : demeurer près des gens, offrir un service professionnel et être toujours une famille au service des familles québécoises.

© Centre funéraire Yves Houle  2008-2017